En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. Pour plus d'informations, gérer ou modifier vos paramètres de cookies, cliquez-ici.

Fermer x

Actualités

Notre actualité

06/11/2017

La news du lundi - 6 novembre 2017


Changement de politique. La semaine dernière, tous les yeux étaient tournés vers les Etats-Unis, où trois évènements ont été suivis avec attention. Le tout premier s’est déroulé lors de la réunion du comité de politique monétaire, dont le rapport n’a pas surpris le marché. Ainsi, les taux directeurs ont été laissés inchangés à un niveau de 1.25% mais la probabilité d’une hausse en décembre est toujours extrêmement importante. Les anticipations d’inflation à court terme restent sous les 2% tandis que l’activité économique progresse à un rythme soutenu, illustré par un taux de chômage qui recule encore en octobre pour s’établir à 4.1%.
Deuxième élément clé de la semaine : la nouvelle proposition de réforme fiscale. Les mesures présentées n’ont guère comporté de surprise, le marché a donc réagi mollement. Le projet de réforme prévoit toujours une réduction de la taxe sur les bénéfices des entreprises, qui passerait de 35% à 20%. Mais le mode de financement de cette réduction n’a pas enthousiasmé les investisseurs. D’autant que le rapatriement des profits détenus à l’étranger pourrait être taxé à un taux de 12% au lieu des 5% à 10% qui étaient envisagés par le marché.

Enfin, ce jeudi 2 novembre était officiellement dévoilé le choix du futur président de la Fed par D. Trump : Jerome Powell. Cette nomination, consensuelle, était largement anticipée. Il est qualifié de « pragmatique », n’étant « ni faucon, ni colombe ». Pragmatique de la régulation financière, il n’est cependant pas un économiste et aura très certainement moins de reconnaissance que ses prédécesseurs au conseil des gouverneurs. Trump a pu voir dans ce candidat une personnalité bien disposée à l’égard de la réforme du secteur bancaire qu’il souhaite mettre en place.

Ces différents développements politiques n’entravent en rien la dynamique porteuse de l’économie mondiale actuelle. Nous n’avons donc pas modifié substantiellement les allocations de nos portefeuilles, qui restent toujours fortement exposés aux actions, selon leurs profils de risque respectifs.