En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. Pour plus d'informations, gérer ou modifier vos paramètres de cookies, cliquez-ici.

Fermer x

Actualités

Notre actualité

30/03/2018

Note de marché - 30/03/2018


Ces dernières semaines ont vu la volatilité revenir sur les marchés d’actifs risqués, après plusieurs mois d’une sérénité exagérée. Faut-il s’en inquiéter ?

Ces dernières semaines ont vu la volatilité revenir sur les marchés d’actifs risqués, après plusieurs mois d’une sérénité exagérée.

Faut-il s’en inquiéter ?

A notre avis non.

La principale raison de la volatilité du mois de mars réside dans les craintes d’intensification de la guerre commerciale déclarée par Donald Trump à l’égard des pays avec lesquels les Etats-Unis entretiennent un déficit commercial, en particulier la Chine et certains pays d’Europe, en particulier l’Allemagne. Certains produits devraient se voir taxés plus lourdement qu’auparavant. Le consommateur américain et le producteur à l’étranger s’en trouveraient tous deux pénalisés. En outre, les pays incriminés pourraient prendre des mesures de rétorsion. La Bourse s’en inquiète naturellement.

Mais les montants en jeu restent pour l’instant minimes au regard des volumes d’échanges mondiaux. Et D. Trump semble ouvert à la négociation de nombreuses exemptions. Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter outre mesure pour le moment. Restons vigilants tout de même, car un petit risque existe que cette guerre monte en intensité.

Trois autres facteurs de crainte, de moindre ampleur dans l’immédiat, agitent les marchés.

Tout d’abord les banques centrales. Le resserrement monétaire de la Fed se poursuit. Comme prévu, la Fed a augmenté ses taux directeurs de 0.25%. La BCE de son côté reste accommodante mais modifie son discours dans un sens légèrement moins souple. Jusqu’ici, les Banques centrales agissent avec tact, mais le resserrement est bel et bien en cours, à des degrés différents.

Au niveau macroéconomique, des déceptions ont accompagné la publication des données de sentiment économique en Europe. Heureusement, le tableau reste florissant au niveau mondial, notamment aux Etats-Unis.

Enfin, les valeurs technologiques, en particulier Facebook, ont vu leur étoile pâlir en Bourse dans les derniers jours du mois de mars. Etant donné le puissant consensus acheteur autour de ces valeurs, et la capitalisation boursière qu’elles représentent aujourd’hui, cette correction trouble les marchés. Mais après leur parcours impressionnant de ces derniers mois, une correction n’est guère surprenante.

Malgré ces différents facteurs de crainte, l’économie mondiale se porte toujours bien. Le sentiment négatif des marchés nous semble donc exagéré. Il constitue à nos yeux un épisode de normalisation après les hausses excessives de début d’année.

Nous restons donc significativement investis dans les portefeuilles de la gamme Stamina AM, avec de légers ajustements en fonction des opportunités de marché. Si les données économiques venaient véritablement à se dégrader, nous réagirions cependant sans tarder.